Oxfam 2017 : ils l’ont fait !

Oxfam 2017 : ils l’ont fait !

Bouger
Copié !

Cette année encore, 20 Withingers ont emprunté les sentiers du Morvan dans le cadre de l’Oxfam Trailwalker. Longue de 100 kilomètres à réaliser en moins de 30 heures, cette randonnée caritative et solidaire a été l’occasion pour beaucoup de repousser leurs limites, qu’elles soient physiques ou mentales. Et s’ils étaient 4 à avoir relevé le défi en 2016, pas moins de 18 Withingers ont pu brandir fièrement leur médaille après avoir franchi la ligne d’arrivée. Retour sur cette édition 2017 !

7h30. Il fait encore frais mais l’ambiance est bel et bien là ! Se motiver, se dire que les premiers pas seront une première empreinte dans cette course de longue durée. La ferveur du départ est intense. Il n’y a plus qu’à prendre son souffle et passer cette ligne qui marque le début d’une aventure qui s’apprête à durer 24 heures. Ou 26 heures. Ou 28 heures. Peu importe, du moment qu’elle ne dépasse pas les 30 heures.

 


11h. Déjà 2h30 de marche. Si la première heure a permis de trouver son rythme, la deuxième nous rappelle déjà que l’Oxfam Trailwalker se mérite. Il faudra batailler, avec le soleil comme allié, pour aller chercher les 85 kilomètres restants. Les groupes sont soudés et – parole de trailers – il n’en faut pas plus pour rester motivés à l’approche des premiers dénivelés.

img_1223

14h. Parmi le top des jeux expérimentés durant la marche : le jeu du « post-it ». En temps normal, il suffit de deviner le nom de la personne célèbre qu’un adversaire à écrit sur un post-it, placé sur notre front. Mais allez trouver un post-it en pleine randonnée !

20h30. 50ème kilomètre. Les dernières heures ont été un perpétuel enchaînement de montées, descentes, caillou dans la chaussure gauche, étirements faits aux check-points par les supporters salutaires, changements de chaussures, « casse-croûtes », caillou dans la chaussure droite. Mais on y est : « Mi-parcours ! ». La moitié de nos 100km, le verre à moitié plein ! Un certain Yohann Diniz met 3h46 pour marcher 50 kilomètres. Il nous en aura fallu 13.

 


23h. Pas le temps de se reposer. Il est facile de croire qu’il suffit de mettre un pied devant l’autre pour avancer. Si seulement. Les badges symbolisant les records de pas captés par nos Steel HR sont au beau fixe, comme le moral des troupes après s’être étirées et faites massées par les supporters, ange-gardiens de nos chevilles endolories, de nos genoux meurtris et de notre dos… que l’on ne sent plus depuis longtemps. Court moment de répit. Et si on arrêtait tout ? Si on lâchait cette balise GPS, ce seul lien qui confirme à l’organisation que nous sommes encore en course ? Mais la beauté de la lumière couchante sur le Morvan redore nos envies d’avancer ou plutôt, d’être déjà à demain matin. Car voici ce qui nous attend :

img_1550

3h. Trou noir :

img_1551

7h30. 24h que l’on est partis. Eclairés à l’aide de frontales, seuls repères parmi les repères. Nous avons avancé, tâtonné parfois, craqué un peu aussi. Mais nous avons continué. Les longues conversations du début se sont transformées en interminables moments de silence, de réflexions sur ce qui a été accompli comme sur ce qu’il reste à faire. Au sein des autres équipes, nous savons que un Withinger, puis deux ont cédé, une décision que le corps a imposé à l’esprit. Nous savons aussi que les vainqueurs de l’Oxfam sont arrivés à 22h30 hier, avertis par un texto de l’organisation. Il n’y a pas un Oxfam, mais des centaines d’Oxfam. 968 très exactement, car chaque marcheur vit l’aventure à sa façon. Et puis, bien matinaux pour un dimanche matin, nous avons écarquillé les yeux pour en prendre plein la vue, en oubliant la cacophonie de nos ventres vides :

10h. Il reste 10 kilomètres à parcourir et nous devons impérativement arriver avant 13h30. Nous attendons nos coéquipiers, nos partenaires de galère. Nous avons envie d’avancer car le temps a tendance à filer. Qui sait si ces 5 dernières kilomètres ne nous prendront pas des heures entières ? A présent, chaque pas n’est qu’un petit pas. Mais nos équipiers nous rattrapent et nous avançons tous ensemble. Pour finir cette course contre le temps autant que contre nous-mêmes.11h40. Il ne reste qu’un kilomètre. Il y a des larmes. « C’est si long que cela 1 kilomètre ? ».

11h54. « Oui ». Mais on l’a fait.

 

 

Pour l’anecdote, ce même jour, Kilian Jornet a gravi l’Everest en 26 heures, sans oxygène ni corde fixe. Parce que l’on n’est pas tous ultra-terrestres comme Kilian Jornet, notre objectif si modeste soit-il nous a poussés dans nos retranchements. Jusqu’à se sentir un petit peu, nous aussi, sur le toit du monde.

A l’année prochaine, Oxfam ! 

L’Oxfam 2017 en chiffres :
– 968 marcheurs au total
– 715 supporters pour accompagner les équipes. Au-delà de l’apport en motivation, les supporters sont de véritables soutiens logistiques sur l’ensemble de l’épreuve.
– 430 000€ récoltés : rappelons-le, Oxfam œuvre à travers le monde avec des solutions durables pour mettre fin aux injustices qui engendrent la pauvreté.

Les équipes Withings :
– Walker Texas Fundraisers : Sarah, Raphaël, Damien et Mikael, ainsi qu’Anouck et Morgane
– Flamin’Go : Mathieu, Mélanie, Victoria, Benoît, ainsi que Bassiriou, Amélie et Morgane
– Barilleurs : Eric, Ugo, Paul-Etienne, Mathieu ainsi que Paul x2
– 100 Efforts : Octavie, Guillaume, Thomas, Ellen, ainsi que Morand et Marc

– Walk in Progress : Arnaud, Florian, Marc, Guillaume, ainsi que François et Lucie

Pour soutenir l’Oxfam et en savoir plus : http://www.oxfamtrailwalker.fr/fr/

Oxfam Trailwalker x Withings, version 2017 !

Jamais deux sans trois ! Pour la 3ème année consécutive, Withings s'engage aux côtés d'Oxfam. Ce n'est plus 2, n…

Read More
Loading Article...